Spécial foires aux vins : nos 50 bouteilles préférées de la rentrée

Spécial foires aux vins : nos 50 bouteilles préférées de la rentrée

« L’année 2021 a été l’une des pires que les vignobles de France aient connue. Après des gelées historiques, les conditions climatiques ont été compliquées avec beaucoup de pluie (…). La plupart des vignobles ont perdu une grande partie des productions. En parallèle, le contexte de crise sanitaire et de guerre a fait monter le prix des matières premières (verre pour les bouteilles, papier pour les étiquettes ou encore carburant), dont les cours flambent et se répercutent sur celui des bouteilles. Il a donc fallu adapter l’offre aux aléas. »

Ces quelques lignes, rédigées par Renaud Guerre-Genton, chef de groupe vins chez Magasins U, dans sa présentation de la foire aux vins 2022, résument bien la situation à laquelle les distributeurs ont dû faire face pour organiser cet événement commercial majeur.

Une chute de 19 % de la production en France

En premier lieu, il a fallu pallier la baisse des volumes. Selon l’Organisation internationale de la vigne et du vin, la production française a enregistré, en 2021, une chute de 19 % par rapport à 2020. Elle s’établit à 37,6 millions d’hectolitres, derrière l’Italie (en tête de la production mondiale avec 50,2 millions d’hectolitres) et devant celle de l’Espagne (35,3 millions). La France est à l’un de ses niveaux les plus bas.

Si ces moindres volumes ont des conséquences sur l’ensemble des approvisionnements, ils n’impactent pas de la même manière tous les acteurs de ces foires aux vins. Chaque année, à cette occasion, la grande distribution cherche généralement à renouveler ses propositions et lance pour cela des appels d’offres. Dans ce contexte délicat, l’enseigne E. Leclerc a innové en faisant un appel à candidatures ouvert auprès de jeunes vignerons. Cela lui a offert la possibilité de déguster 350 nouvelles cuvées, émanant de 157 vignerons, dont la moitié lui était totalement inconnue jusqu’ici. Une nouvelle forme de sourcing qui lui a permis de recruter sept nouveaux vignerons pour sa sélection nationale. Faute de volumes suffisants, d’autres vins n’apparaîtront que dans les sélections régionales, ou uniquement sur le site Internet du distributeur.

Les circuits plus spécialisés – tels que certains cavistes ou sites de vente en ligne – ont été moins pénalisés par cette baisse de volumes, leur offre de foires aux vins se constituant majoritairement à partir d’une sélection de leurs références permanentes, proposées à prix réduits. Une partie d’entre eux a pioché dans ses stocks d’anciens millésimes afin d’offrir des flacons prêts à boire, comme vous vous en rendrez compte dans nos pages. Ainsi, la cave de La Grande Épicerie de Paris ne propose pas moins de dix millésimes différents, allant de 2009 à 2021.

La chaptalisation pour augmenter le taux d’alcool

À ces problèmes de volume s’ajoutent ceux concernant la qualité. En raison d’un climat plus frais l’été dernier que pour les précédents millésimes – 2018, 2019 et 2020 resteront dans les annales –, tous les raisins n’ont pas pu être amenés à leur parfaite maturité. Résultat ? Certains vins peuvent manquer de chair et paraître fluets. Pour corriger ce manque d’ensoleillement, des domaines ont eu recours à la chaptalisation, qui consiste à ajouter du sucre afin de faire grimper un taux d’alcool naturellement timide en 2021. Une pratique autorisée, mais très réglementée en France et en Europe, tandis que dans de nombreux pays – comme les États-Unis, le Chili ou la Chine –, cette pratique est parfaitement libre.

À l’instar de toute technique vinicole, la chaptalisation requiert savoir-faire et rigueur, afin de rendre l’opération quasiment indétectable par un palais avisé. Dans le cas contraire, elle se trahit par une désagréable sensation de « pâteux » en milieu de bouche. Certains vins dégustés n’y ont malheureusement pas échappé et ont été écartés de notre sélection.

Au mois de septembre, grandes surfaces, cavistes et sites Web proposent leurs bons plans. L'occasion de se constituer une cave, et de faire des bonnes affaires
Au mois de septembre, grandes surfaces, cavistes et sites Web proposent leurs bons plans. L’occasion de se constituer une cave, et de faire des bonnes affaires Niki Litov/Istock/Getty

Voici donc nos 50 bouteilles coups de cœur classées, pour chaque catégorie, par ordre de prix croissant. Avec, pour chaque catégorie, un trio de tête. Bonne dégustation !

La passion des rouges

Appellations star, comme le crozes-hermitage, ou plus méconnues, comme le vinsobres et le fixin, voici dix cuvées pour enflammer vos dîners.

Vin de France : Le petit Xavier, Xavier Vignon. Meilleur rapport qualité prix de notre sélection, cette cuvée dévoile un nez frais de fleurs et de fruits rouges, délicatement poivré. Gourmande et minérale en bouche, elle sait aussi se faire gouleyante. Idéale pour un apéro dînatoire. 5,40 euros chez Casino

Ventoux 2021 : Les Hauts de Bacchus bio, Bernard Magrez (coup de cœur de la rédaction). Le groupe viticole, propriétaire de quatre grands crus classés, nous régale avec cette « petite » cuvée. Son bouquet de fruits rouges, tout en souplesse et en fraîcheur, dévoile un jus dynamique. À déguster avec un parmentier de canard. 5,49 euros chez Lidl

Côtes-du-rhône 2021 : De Natura Rerum bio, Dauvergne-Ranvier. Parfaite maturité pour ce rouge rond et savoureux. Grenache et syrah s’unissent dans une explosion de fruits rouges et noirs, et s’expriment délicatement, avec un joli croquant et beaucoup de fraîcheur. Avec un hamburger maison. 7,20 euros chez Monoprix

Saint-georges-saint-émilion 2020 : Château Bellone. Une belle surprise pour cette appellation réputée austère et tannique, qui dévoile ici une très belle matière fruitée et florale, avec un juteux rafraîchissant. Un flacon plein de charme pour accompagner une terrine de lapin. 7,95 euros chez Auchan

Vin de France 2021 : Les Voyageurs bio, François Collard (coup de cœur de la rédaction). Superbe découverte que ce vin de France produit en biodynamie, qui assemble des cépages italiens (montepulciano et nielluccio). Son parfum aux délicates notes de rose laisse place à une bouche minérale et tendue. Sa finale finement herbacée s’accorde avec des pâtes au pesto. 8,50 euros chez Nysa

Vinsobres 2019 : Domaine Vallot. Cette appellation méconnue de la vallée du Rhône méridionale recèle des vins élégants et frais. Celui-ci, en biodynamie, s’ouvre avec un bouquet de violette, de réglisse et de garrigue. Puis les fruits gourmands s’invitent. En bouche, beaucoup de volume et d’équilibre, avec une superbe finale. Parfait avec des côtes d’agneau. 8,95 euros chez Auchan

Chinon 2021 : La Cuisine de ma mère, Nicolas Grosbois (coup de cœur de la rédaction). Superbe expression du cabernet franc dans une belle maturité, tout en restant croquant. Fruits noirs, fleurs et minéralité infusent une matière fraîche et gouleyante, qui se prolonge dans une longue finale sapide. Un vin à marier à un petit salé aux lentilles. 9,40 euros à La Grande Épicerie de Paris

Corbières 2019 : Les Herbes Hautes bio, Jeff Carrel. Grenache, carignan et syrah pour cette cuvée qui délivre une matière à la fois dense et pleine de fraîcheur et de finesse. Ses belles notes de cassis et d’épices laissent un petit goût de revenez-y et feront des étincelles avec un foie de veau. 9,50 euros chez Nicolas

Crozes-hermitage 2019 : Maison Ferraton. Après des effluves de moka, le nez se fait sauvage. La bouche surprend par ses saveurs florales et révèle un jus très rafraîchissant. À carafer pour déguster dès maintenant, ou à garder quelques années. Avec une côte de bœuf. 14,40 euros chez Intermarché

Fixin 2020 bio : Les Champs des Charmes, domaine du vieux collège. Un pinot noir dans toute sa splendeur : notes de cerises à l’eau-de-vie, nez mûr, belle fraîcheur et texture aux tanins fondants et au boisé bien intégré. Un pâté en croûte s’impose. 19,65 euros chez Auchan

L’élégance des blancs

Qu’elles viennent d’Alsace, de Bourgogne ou de Loire, ces dix bouteilles de très belle tenue offrent une riche palette de saveurs.

Cheverny 2020 : Émotion. Avec son nez aromatique aux accents floraux et sa bouche aux saveurs de groseille à maquereau, cette cuvée révèle une belle matière, à la fois consistante et tout en souplesse. Sa finale à la pointe anisée renforce la sensation de fraîcheur. À l’apéro, avec des rillettes de canard. 6,30 euros chez Auchan

Picpoul-de-pinet 2021 : Hecht & Bannier bio. Ce blanc nous enchante par son aromatique vive et saline. En bouche, un joli jus croquant apporte une grande brassée d’air frais. Idéal avec des huîtres de l’étang de Thau, en bordure duquel est planté le vignoble. 6,90 euros chez Casino

Le pallet 2016 : Palatio, vignerons du pallet (coup de cœur de la rédaction). Le muscadet est un vin taillé pour la garde. Ce 2016 offre un nez complexe et intense, où se disputent fruits mûrs, amandes et biscuits. Franc en attaque, aux saveurs d’agrumes, il s’amplifie et se ponctue par une longue finale minérale. Pour un poulet rôti et une purée de patates douces. 7,10 euros chez Casino

Alsace 2021 : Pinot Auxerrois bio, Baumann Zirgel. Ce vin biodynamique ravit par sa fraîcheur et son aromatique de fleurs et de fruits blancs (pêche). La bouche est délicate, fruitée et gourmande. À accorder avec les premières asperges. 10,50 euros chez Biocoop

Pouilly-fumé 2021 : Cédrick Bardin. Un premier nez acidulé laisse place à une aromatique plus complexe et intense de fruits blancs et de zestes de citron. L’attaque, vive et fraîche, évolue vers un joli gras, tout en équilibre grâce à l’acidité et la belle minéralité qui se dévoile en finale. Avec un saint-pierre rôti. 11,19 euros chez Magasin U

Riesling 2018 : Zellenberg bio, Jean Huttard (coup de cœur de la rédaction). Un riesling sans caricature, au nez gourmand de fruits jaunes (abricot) et de notes miellées. L’attaque est droite et pleine de finesse, puis se déploie dans la richesse avec du gras qui apporte beaucoup de gourmandise et le dote d’un caractère très aimable. À marier à une pintade rôtie. 11,50 euros chez Magasin U

Menetou-salon 2021 : Domaine de l’Ermitage. Un sauvignon ciselé, au nez délicat et fruité avec son bouquet de fleurs blanches légèrement citronné. Sa matière fine et vive resplendit de fraîcheur grâce à une belle trame minérale. Top avec un fish & chips. 11,95 euros chez Carrefour Hypermarché

Chablis 2020 : Icauna, Union des viticulteurs de Chablis. Un excellent rapport qualité-prix pour ce chablis, qui offre un nez complexe et pierreux. La bouche est vive, aux beaux accents citronnés, et offre une jolie fluidité jusqu’à sa finale fraîche et minérale. Avec un jambon persillé de Bourgogne. 12,90 euros chez E. Leclerc

Mercurey 2019 : Château de Santenay (coup de cœur de la rédaction). Très joli nez pour ce mercurey qui dévoile un bouquet complexe de fleurs, de fruits jaunes et tropicaux, d’agrumes et une pointe vanillée. L’attaque est riche et structurée, avec une matière crémeuse et finement beurrée, jusqu’à sa longue finale fraîche et saline. Pour escorter des noix de Saint-Jacques. 14,50 euros chez Franprix

Saint-péray 2019 : Domaine Pierre Gaillard. Assemblage parfait de roussanne et de marsanne pour cette cuvée au nez fruité intense, empreinte d’une belle minéralité. La matière est structurée en bouche avec un bon équilibre et beaucoup de fraîcheur. À tester avec un saint-félicien bien crémeux. 17 euros sur Vin-malin.fr

Dans les foires aux vins, certaines bouteilles arborent médailles et premiers prix de concours sur leur étiquette. Aujourd’hui, à vous de déguster ces vins les yeux fermés !
Dans les foires aux vins, certaines bouteilles arborent médailles et premiers prix de concours sur leur étiquette. Aujourd’hui, à vous de déguster ces vins les yeux fermés ! Owen Franken/Istock/Getty

Pile dans la tendance

Les bulles et les vins légers ont la cote cette année. En voici 10 à guetter chez votre caviste et dans les rayons des supermarchés.

Saumur-champigny 2020 : Secret du caveau, Domaine des Galmoises. Superbe expression du cabernet franc quand il est à point, ce rouge embaume la gelée de groseilles et de mûres. En bouche, la matière est onctueuse et fraîche. À ce prix-là, on n’hésite pas ! À découvrir avec une terrine de foie de veau. 5,99 euros chez Casino

Fleurie 2021 : Domaine de la Madone. Ici, le gamay s’exprime dans un caractère plus rustique et végétal, avec un bouquet épineux et floral au nez. La bouche se fait juteuse à souhait, avec une belle acidité, offrant à ce rouge une fraîcheur et une vivacité débordantes. Avec une andouillette beaujolaise. 7,15 euros chez Intermarché

Saint-amour 2020 : De tout cœur, Arnaud Aucoeur. Son nez de fruits rouges, suave et profond, invite à la gourmandise. La matière, aux saveurs en accord avec l’olfactif, se fait ronde et fraîche. La texture surprend par son fondant, avant de s’étirer longuement dans une délicatesse exquise. Avec un sauté de veau. 7,50 euros chez Carrefour Hypermarché

Anjou blanc 2020 : L’Esquisse bio, Château de Suronde (coup de cœur de la rédaction). Ce chenin ravit les papilles avec son aromatique de pêche et de melon. L’attaque est ample et généreuse, offrant un joli gras, une belle structure et des saveurs de fruits jaunes. Elle se poursuit sur des accents d’agrumes et de fins amers. Un blanc du val de Loire qui fera des merveilles à l’apéritif. 8,90 euros chez Monoprix

Anjou rouge 2021 : bio, Château de Passavant. Dans ce rouge labellisé bio et Demeter (biodynamie), la pointe de grolleau vient adoucir le cabernet franc. Un régal ! Il charme par son fruité subtil et s’avère, en bouche, charnu et gourmand, avec un toucher délicat. Avec une tomme de brebis. 9,50 euros chez Biocoop

Saint-chinian-roquebrun 2019 : Éclats de schistes, Cave de Roquebrun. Au premier abord se dégage de ce rouge un profil puissant, bien typé languedocien, avec un nez profond de petits fruits noirs confiturés, d’épices et de cacao. Puis la bouche surprend par son équilibre, avec une matière structurée et une belle minéralité. La finale est fraîche, aux accents de réglisse. Avec une daube provençale. 10,95 euros chez Carrefour Hypermarché

Languedoc 2021 : Les Petits Pas, Domaine du Pas de l’Escalette. Ce domaine, implanté en partie sur l’appellation terrasses-du-larzac, élabore des vins dans différentes aires d’appellation. Ce languedoc rouge, bio et biodynamique, illustre à merveille la fraîcheur de son terroir. Dès le nez, il offre un fruit éclatant, qu’on retrouve en bouche avec une matière fluide et croquante, très sapide. Top avec une saucisse aux herbes. 12,70 euros sur Lavinia.fr

Terrasses-du-larzac 2021 : Les Affiches et Pierre et Samuel Halley bio, Clos Constantin. Plutôt discrète au nez, avec un joli fruité, cette cuvée rouge, à base de grenache, syrah et mourvèdre, se révèle une fois en bouche. Très florale, avec une belle fluidité à l’attaque, elle se fait savoureuse tout au long de sa finale très persistante. On apprécie son remarquable équilibre, qui s’harmonisera avec un bœuf thaï. 17 euros chez Nysa

Champagne : Blanc de Noirs Brut, Demilly de Baere. Très séduisant dès le nez, avec ses notes pâtissières et légèrement grillées, ce champagne révèle une belle énergie en bouche et beaucoup de fraîcheur, accompagnées de saveurs de fruits et d’épices. Très peu dosé, il peut être ouvert dès l’apéro et prendre ensuite place à table pour accompagner le repas. 18,95 euros chez Magasin U

Champagne : Brut grand cru bio, Gaston Collard (coup de cœur de la rédaction). Élaborée avec 90 % de pinot noir issu du grand cru de Bouzy, cette cuvée (bio et biodynamique) joue dans la catégorie vin, avec son nez puissant et structuré. La bulle, fine, disperse une saveur de poire en bouche, jusqu’à sa jolie finale, vive et rafraîchissante. À servir accompagné de gougères. 33,50 euros chez Nysa

En avant, les seconds !

Proposés par les grands châteaux du Bordelais, les seconds vins, plus accessibles, bénéficient du même soin que celui apporté à leurs aînés. Alors pourquoi se priver ?

Bordeaux 2019 : Comtesse de Malet Roquefort, Domaine de Malet Roquefort. Cette cuvée est élaborée à partir de raisins issus en partie des propriétés de la famille Malet Roquefort, propriétaire de La Gaffelière. À base de merlot et de cabernet franc, voilà un vin fruité et gourmand, souple et très accessible. Avec une viande rouge. 7,90 euros chez Monoprix

Moulis-en-médoc 2016 : La Salle de château Poujeaux, Château Poujeaux (coup de cœur de la rédaction). Second vin de ce château renommé, cette cuvée est composée en majorité de merlot, que l’on perçoit dès le nez, avec ses arômes de fruits rouges frais et mûrs, et une pointe de réglisse. Fine et savoureuse, la bouche est d’une belle intensité et se termine en délicatesse. À accorder à un osso-buco. 12,85 euros chez Casino

Saint-émilion grand cru 2019 : Clos La Gaffelière, La Gaffelière. Dominé par le merlot, ce second vin exprime, dès le nez, la fraîcheur, avec des notes de cerise et de violette. En bouche, la matière est élégante, avec un beau fruité et des tanins souples, jusqu’à sa finale, infusée d’épices et d’un délicat boisé. À marier avec un tajine d’agneau. 17,79 euros chez Carrefour Hypermarché

Saint-émilion grand cru 2016 : Petit Soutard, Château Soutard. Cet assemblage de merlot, cabernet franc, cabernet sauvignon et malbec, dévoile un joli bouquet de violette et de fruits rouges, et une pointe de grillé. En bouche, la matière se fait ronde et vive, et sa finale, savoureuse. Avec une poêlée de cèpes. 17,95 euros chez Carrefour Market

Margaux 2020 : Aurore de Dauzac, Château Dauzac. Issue d’une sélection parcellaire pointue, cette cuvée n’est pas le second de Château Dauzac, mais un vin à part entière. Il charme par son nez frais aux accents mentholés. La bouche est d’un beau volume mais sans lourdeur, et son acidité lui donne un beau potentiel de garde. On y goûte avec une épaule d’agneau confite. 18,95 euros chez Carrefour Hypermarché

Saint-julien 2018 : Les Fiefs de Lagrange, Château Lagrange (coup de cœur de la rédaction). Appartenant au groupe japonais Suntory depuis 1983, Château Lagrange a créé cette cuvée la même année. Ce 2018, au nez profond et intense de fruits rouges et d’épices, à la bouche racée et fraîche, touche à l’excellence. Déjà accessible, il peut être gardé jusqu’en 2030. Parfait pour escorter un lièvre à la royale. 26,90 euros sur Wineandco.com

Saint-estèphe 2012 : Le Marquis de Calon, Château Calon Ségur. Ce second vin dévoile un nez riche de fruits noirs confiturés. La bouche est élégante et longiligne, avec une extraordinaire finesse de tanins. Il est déjà bon à boire mais peut aussi patienter quelques années. Avec un magret de canard. 28 euros à Lacaveduchâteau.com

Saint-émilion 2020 : N° 3 d’Angélus, Château Angélus. Ce troisième vin de l’incontournable Château Angélus s’ouvre sur des notes de moka, puis s’exprime dans une belle fraîcheur. On aime sa matière très équilibrée et sa finale savoureuse et minérale. Avec un bœuf braisé. 29,95 euros chez E. Leclerc

Pessac-léognan 2018 : Haut-Bailly II, Château Haut-Bailly (coup de cœur de la rédaction). Ce « II » est à la hauteur de l’appellation pessac-léognan, appréciée pour ses vins fins. Ce superbe millésime 2018 offre une matière fine et ciselée, fraîche et veloutée, qu’on devra faire « attendre » encore un peu. Idéal avec un carré de veau. 33,90 euros sur Millesimes.com

Pauillac 2018 : Réserve de la Comtesse, Château Pichon-Longueville Comtesse de Lalande. Mettons le cap sur la rive gauche ! Cet assemblage, dominé par le cabernet sauvignon, dévoile une fraîcheur mentholée au nez. Sa pureté au palais et sa structure élégante sublimeront un foie gras. 44,90 euros sur Millesimes.com

Place aux médaillés

Ils ont tapé dans l’œil des experts lors de challenges internationaux ou de concours régionaux. Aujourd’hui, à vous de déguster ces vins les yeux fermés !

Crémant-de-bordeaux : blanc brut, Balard. Médaille d’or au Challenge Gilbert & Gaillard 2022. Ce concours réputé décerne chaque année plus de 1 000 médailles à des vins d’une trentaine de pays. Dominé par le sémillon, ce crémant bluffe par son fruité et sa délicatesse… et par son prix. On le débouche pour un apéritif dînatoire. 4,95 euros chez Lidl

Corbières 2018 : Château d’Ornaisons bio. Médaille d’argent au Challenge millésime bio 2021. Avec son nez croquant aux effluves d’herbes aromatiques, ce rouge, assemblage de grenache, syrah et mourvèdre, invite à la dégustation. D’une belle ampleur en bouche aux saveurs de fruits rouges (fraise et framboise), il s’exprime avec franchise et fraîcheur. Très digeste tout au long de sa finale, il sublime des travers de porc caramélisés. 5,50 euros chez Magasin U

Cahors 2020 : Gariotte, Clos de Gamot, famille Jouffreau. Médaille d’or au Concours des vins du Sud-Ouest 2022, médaille d’argent au Concours international des Féminalise 2022. Ce malbec (rouge) séduit grâce à son nez complexe de fleurs, de fruits à noyaux à l’eau-de-vie et d’une pointe d’amaretto, ponctué par des notes poivrées. Frais et dynamique en attaque, il monte en puissance avec une matière presque crayeuse. Parfait avec une entrecôte grillée. 5,95 euros chez Franprix

Saint-nicolas-de-bourgueil 2020 : Origine bio, Vins Pierre Bourré. Médaille d’or au Concours des vins de Loire 2021. Un nez, au premier abord, plutôt sur la réserve, qui offre ensuite de belles notes de framboise et de violette. En bouche, ce rouge se révèle juteux et croquant, avec une matière structurée qui reste sapide. Cette cuvée facile d’accès fera merveille avec un pot-au-feu. 6,75 euros chez Franprix

Beaumes-de-venise 2020 : Domaine de la Daumace. Médaille d’or au Concours des vins d’Avignon 2021. Cette appellation de la vallée du Rhône méridionale est réputée pour ses rouges corpulents, parfois trop riches. Cette cuvée est une bonne surprise tant son équilibre enchante. Avec son nez frais, fruité et floral, elle dévoile une matière gourmande et juteuse, pleine de saveurs du Sud. Pour accompagner un filet mignon de porc aux figues. 6,95 euros chez Intermarché

Côtes-de-bourg 2019 : Grain de folie bio, Château Puy d’Amour. Médaille d’or au Concours international des Féminalise 2021, médaille d’or au Concours des vins de Mâcon 2021. Ce rouge (merlot et malbec) peut encore attendre quelques années avant d’être à point, mais il a déjà fière allure, avec son nez dominé par des notes florales, une explosion de fruits et une délicate touche boisée. Équilibré, fin et suave en bouche, il se prolonge généreusement. Délicieux avec un saint-nectaire. 7,95 euros chez Intermarché

Haut-médoc 2016 : Château d’Aurilhac. Médaille d’or au Concours général agricole de Paris 2019 (coup de cœur de la rédaction). Par sa qualité et son prix, ce vin rouge est une aubaine ! Son nez exprime des fruits mûrs (cerise et cassis), quelques touches épicées et légèrement boisées. En bouche, la matière est élégante, riche et onctueuse, sans oublier la fraîcheur qui accompagne sa longue finale. Un délice pour accompagner un confit de canard. À boire ou à garder. 8,95 euros chez Carrefour Market

Cassis blanc 2021 : bio Domaine La Dona Tigana. Médaille d’or au Concours général agricole de Paris 2022 (coup de cœur de la rédaction). Derrière ce blanc se cache Jean Tigana, footballeur au palmarès prestigieux. Ce passionné de vin a créé son domaine en 1998. Cette cuvée est un ravissement, avec ses notes de fruits gourmands et d’agrumes, et ses fins amers en finale, qui lui apportent de la fraîcheur. Idéal avec un carpaccio de daurade. 11,95 euros chez Casino

Pouilly-vinzelles 2020 : Vieilles Vignes, Cave des grands crus blancs. Médaille d’argent au Concours des vins de Mâcon 2021. Cette appellation voisine de pouilly-fuissé produit de grands vins blancs, à l’image de cette cuvée qui régale le palais. Dès le nez, ses notes intenses de fleurs blanches aux accents toastés et épicés séduisent. Puissante et charnue en attaque, elle devient savoureuse, finement aromatique, jusqu’à sa finale, fraîche et équilibrée. Avec une blanquette. 12,50 euros chez Casino

Saint-nicolas-de-bourgueil 2020 : La Butte aux Cailles, Famille Amirault Grosbois. Médaille d’or au Concours international Féminalise 2021 (coup de cœur de la rédaction). Avec son expression éclatante du cabernet franc et ses notes de violette et de fruits rouges, ce rouge biodynamique réjouit dès le nez. Au palais, c’est une décoction de fruits rouges portée par la fraîcheur et la minéralité et des tanins croquants. À accorder avec des paupiettes de veau. 13,80 euros chez Casino

Leave a Reply

Your email address will not be published.