Il était une fois le forfait Millenium

SFR Millenium Forfait Histoire

Il existe un forfait mobile encore plus révolutionnaire que celui de Free, en 2012, lorsque l’opérateur faisait tomber les prix pratiqués par la concurrence. Avant même le passage à l’an 2000, c’est SFR qui secouait le marché avec un forfait concurrent du Millenium de Bouygues Telecom. Un forfait tellement populaire et devenu mythique qu’il a créé la confusion dans les mémoires : tout le monde s’est mis à l’appeler Millenium.

C’est simple, jamais un forfait n’avait suscité autant d’intérêt. Jamais un forfait n’avait autant posé problème à son opérateur et jamais un forfait n’avait autant fait parler de lui d’un point de vue de la loi également. Le Millenium a marqué l’évolution de l’offre des opérateurs téléphoniques en France. Il a introduit la notion d’illimité et le droit aux consommateurs d’un peu plus de liberté.

Le premier forfait illimité

Son histoire débute le 1er décembre 1999. Ce jour, SFR lance son forfait “Illimité Soir et Week-end”. Une réponse de taille face à Bouygues Telecom qui venait de lancer un forfait avec une consommation illimitée des appels pour le week-end. Le “vrai” forfait Millenium. C’est la première fois que des opérateurs lancent des offres avec la notion d’illimité.

Bouygues Telecom Forfait Millenium

Le forfait “Millenium” est en réalité le nom du forfait lancé en novembre 1999 par Bouygues Telecom © Bouygues Telecom

Pour se l’offrir, il faut tout de même mettre le prix. 240 francs par mois. Mais pour l’époque, beaucoup y voient déjà une opportunité énorme. Il est le seul forfait pour pouvoir appeler sans limites entre 20h le soir et 8h le matin. Et ce, quel que soit le jour de la semaine. Le service client (numéro 800) est gratuit, tout comme les appels vers des fixes. Il arrive au moment du lancement du Nokia 3310, à qui l’on sait aussi le succès.

Le reste du temps, 2 heures de communications sont fournies avec le forfait. Les clients se précipitent dessus. SFR sait que son offre sera très vite populaire. Dans ses conditions d’utilisation, elle prend soin de limiter les appels gratuits uniquement vers les numéros SFR. De quoi d’autant plus fidéliser les clients à l’opérateur télécom.

La ruée, puis l’arrêt des ventes

Les chiffres sont exceptionnels. Beaucoup d’opérateurs rêveraient d’un tel lancement aujourd’hui. La ruée vers le forfait “Soir et Week-end illimité” de SFR est telle que 400 000 personnes souscrivent à l’offre “promotionnelle” lancée le 1er décembre. Le passage à l’an 2000 s’annonce prometteur pour tous, et SFR réussit aussi bien son coup commercial que marketing. La société est en avance sur son temps…

SFR Millenium

© SFR

… Mais pas sur ses clients. le 16 janvier 2000, l’offre est rendue indisponible. Elle n’aura duré que six semaines et jamais SFR ne l’ouvrira de nouveau à la vente. Pourtant, ce 16 janvier 2000 est loin d’être le jour de l’arrêt du forfait Millenium. Au contraire. Sa véritable histoire commence même ce jour. Grâce à des forums et à des documents de l’époque, Presse-citron s’est amusé à rassembler les bouts pour retrouver le récit des mésaventures autour du forfait Millenium. Une histoire qui se poursuivra jusqu’en 2008… c’est dire.

Dérives et marché noir

SFR pensait certainement bien faire, mais l’arrêt de son forfait a d’autant plus compliqué la situation. À 240 francs par mois, le forfait n’était plus rentable alors que beaucoup de clients passaient des heures et des heures au téléphone pour en profiter… ou pour faire tomber SFR.

“Si nous n’avions eu que de mauvais clients, nous n’aurions pas hésité à passer à 350 francs”, avait dit peu de temps après le directeur général de SFR Pierre Bardon. Ces mauvais clients, comme SFR les appelle, étaient ceux qui passaient plus de 7 heures par mois en appel, pendant les périodes “gratuites”. Certains multipliaient les appels la nuit à leurs amis, des dérives qui ont effectivement pesé à SFR d’un point de vue des coûts. D’autant plus qu’avec plus de 400 000 nouveaux clients, le réseau a rapidement saturé.

Sans pouvoir acheter le forfait passé le 16 janvier 2000, la demande sur le marché secondaire a bondi les mois suivants. Un véritable marché noir s’est installé, sans que l’on puisse aujourd’hui estimer le volume qu’il prenait. En tout cas, tout le monde se rappelle de ces annonces où certains revendaient leur forfait Millenium à des prix astronomiques, qui ne semblaient pas décourager ceux qui rêvaient encore de l’avoir. La folie s’emparait des gens et certaines annonces portaient le forfait à plus de 65 000 francs (10 000 euros !).

Effet boule de neige, SFR est dépassé

Problème chez SFR, le forfait Millenium est présenté le jour de sa sortie comme un forfait illimité Soir et Week-end “à vie”. Une mention qui avait le mérite d’accentuer le prestige de ce nouveau forfait, mais qui allait très vite se retourner contre les intérêts de l’opérateur… qui cherchait à mettre fin aux “irréductibles Millenium” qui continuaient à lui faire perdre de l’argent.

Lire aussi – Abonnements mobiles et fixes : les députés s’attaquent aux frais de résiliation

Au mois de septembre 2000, SFR envoie une série de courriers à ses clients pour leur proposer de changer de forfait en l’échange d’un geste commercial. C’est le début de l’époque des “rachats de forfaits”, comme beaucoup s’en souviennent aujourd’hui, tellement la situation était exceptionnelle. Pour beaucoup, l’offre était de repasser sur un forfait traditionnel moins cher. Plus malin encore, SFR leur propose aussi le même forfait moins cher mais sans la mention “à vie” et avec un service client payant.

En janvier 2001, plus d’un an après l’arrivée du forfait, SFR ne communique plus du tout sur Millenium. Il est devenu un vrai tabou et ses clients sont exclus de toutes les propositions commerciales dont peuvent profiter les autres clients. Deux mois après, en mars, le forfait voit ses tarifs augmenter. SFR commence à devenir agressif et n’hésite plus à bouger malgré ses promesses initiales.

Pour ce faire, SFR surfe sur un point juridique : le droit français ne reconnaît pas les contrats à vie. Un échappatoire pour l’opérateur, mais qui risque tout de même un tollé et des poursuites pour publicité mensongère. SFR n’hésite pas à être sans limites sur les dépassements de forfaits, désormais facturés par tranche de 15 secondes dès la première minute de dépassement.

Bourse baisse

© Presse-citron

Un forfait “aux pertes illimitées”

Pour sortir de cette situation, il faudra attendre que le marché rejoigne l’opérateur… Autrement dit, il faudra attendre des années avant que les irréductibles Millenium trouvent des offres plus intéressantes ailleurs. En 2008, ils étaient encore quelques-uns à l’utiliser. “Je compte vraiment garder ce forfait à vie”, disait un client de 22 ans au journal L’Humanité, le 6 janvier 2001. À ce moment, le titre parlait déjà d’un forfait “aux pertes illimitées” pour SFR.

Malgré ses déboires, le forfait signe l’une des premières secousses sur le marché des forfaits mobiles pour améliorer l’offre et augmenter les temps de communication disponibles. Au moment du lancement de Millenium, le coût moyen d’un forfait chez les Français était de 26,2 euros hors taxe. Le forfait le plus populaire était le Ola d’Itinéris, l’ancêtre d’Orange, à 165 francs (moins de 25 euros). Il faut attendre l’arrivée d’Internet et surtout de Free (2012) pour voir les choses se bousculer sur les prix et sur les forfaits illimités.

Appels & SMS illimités