De nouvelles frappes russes à Kiev, un mort et six blessés

De nouvelles frappes russes à Kiev, un mort et six blessés

Quatre explosions ont été entendues à Kiev tôt dimanche matin, un complexe résidentiel proche du centre-ville a été touché et au moins une personne a été tuée. D’autres villes ont été bombardées. Voici le fil du 26 juin. 

  • 23 h 54 : le Canada envoie deux navires de guerre en mer Baltique

Le Canada a déployé dimanche deux navires de guerre dans la mer Baltique et dans l’Atlantique nord, qui ont rejoint deux frégates déjà présentes dans la région, pour renforcer le flanc oriental de l’Otan en réponse à l’invasion russe de l’Ukraine.

Les NSCM Kingston et Summerside seront déployés durant quatre mois dans le cadre de “mesures de dissuasion en Europe centrale et orientale”, lancées après l’annexion en 2014 de la Crimée par la Russie, a annoncé la marine canadienne dans un communiqué.

En octobre, les navires participeront à des exercices de balayage de mines sous-marinez et maintiendront un “haut niveau de préparation” qui leur permettra de “répondre rapidement et efficacement à l’appui de toute opération de l’Otan”, ajoute-t-elle.

Les NSCM Halifax et Montreal doivent rentrer en juillet de l’opération “Reassurance”, qui vise à dissuader la Russie de toute intervention dans les pays d’Europe centrale et de l’Est, et qui est la plus grande en termes d’effectifs menée par le Canada en Europe depuis une décennie.

  • 21 h : des villes jusque-là épargnées par les frappes russes ont été visées

Écoutez les explications de Taline Oundjian, l’envoyée spéciale de France 24 en Ukraine. 

 


 

  • 20 h 14 : le G7 annonce le lancement d’un programme mondial d’infrastructures

L’enveloppe pourrait monter à 600 milliards de dollars et aurait pour but de concurrencer l’activisme chinois, notamment en Afrique. 

Retrouvez l’envoyé spécial de France 24, Bruno Daroux. 


  • 20 h 00 : le point sur la situation à Kiev 

“J’ai entendu un sifflement” : un habitant de l’immeuble visé par la frappe témoigne, alors que les secours cherchent des survivants. Quatorze missiles ont touché Kiev ce matin. 


  • 19 h 23 : six personnes ont été blessées dans la frappe russe, annoncent les dirigeants ukrainiens

La frappe a touché un immeuble résidentiel et un jardin d’enfants, ont-ils précisé. Le précédent bilan faisait état de quatre blessés. 

  • 18 h : Comment adopter de nouvelles sanctions contre la Russie sans toucher le reste du monde ? La question est débattue au G7. 

Le récit de Laura Roudaut.

La traditionnelle photo de famille des dirigeants du G7, prise en Bavière à l'occasion de l'ouverture du sommet, le 26 juillet 2022.
La traditionnelle photo de famille des dirigeants du G7, prise en Bavière à l’occasion de l’ouverture du sommet, le 26 juillet 2022. © أسوشيتد برس

  • 17 h : de nouvelles sanctions contre la Russie discutées au G7

Les précisions de Bruno Daroux, l’envoyé spécial de France 24 en Bavière. 


  • 16 h 09 : l’UE prudente sur l’embargo sur l’or russe

“En ce qui concerne l’or, nous sommes prêts à entrer dans les détails et à examiner s’il est possible de cibler l’or d’une manière qui vise l’économie russe et non pas nous-mêmes”, a déclaré le président du Conseil européen, Charles Michel.

Il a ajouté que l’Union avait également besoin de plus de certitudes avant d’adhérer à une initiative américaine visant à plafonner le prix du pétrole russe.

  • 15 h 46 : Moscou dit avoir frappé une usine de production de missiles à Kiev et non l’immeuble résidentiel

C’est l’usine d’armement Artiom qui, “en tant qu’infrastructure militaire, était la cible” des forces russes, a déclaré le ministère russe de la Défense dans un communiqué, affirmant que les dégâts causés à un immeuble résidentiel voisin étaient dus à un missile ukrainien de défense antiaérienne.

 “Les forces russes ont attaqué des cibles civiles à Kiev = fake”, a insisté le ministère russe de la Défense.

  • 15 h 34 : un mort et quatre blessés hospitalisés après la frappe sur Kiev, annonce le maire 

“Un corps a été retrouvé, six habitants ont été blessés, dont quatre ont été hospitalisés parmi lesquels une fille de sept ans”, a déclaré le maire de la capitale, Vitali Klitschko, qui s’était rendu sur place dès l’aube. Il n’a pas donné d’informations sur la personne décédée.

  • 15 h 30 : “nous sommes encore loin” de négociations de paix entre Kiev et Moscou, prévient Scholz au G7

Le soutien à l’Ukraine va demander “de la persévérance”, car “nous sommes encore loin” de négociations de paix entre Kiev et Moscou, a rappelé le chancelier allemand, hôte du G7. Il est important que ce sommet, qui sera suivi d’une réunion de l’Otan à Madrid, “envoie un signal d’unité”, a-t-il ajouté. 

Le président américain Joe Biden a déclaré de son côté que le G7 et l’Otan doivent “rester ensemble” contre l’agression russe de l’Ukraine. Le président russe Vladimir Poutine espérait “que, d’une manière ou d’une autre, l’Otan et le G7 se divisent”, a-t-il affirmé. “Mais nous ne l’avons pas fait et nous ne le ferons pas.”

  • 12 h 27 : les frappes sur Kiev relèvent de la “barbarie”, selon Joe Biden

Le président américain a jugé dimanche que les nouveaux bombardements sur un quartier de Kiev, proche d’une usine d’armement déjà touché ces dernières semaines, relevaient de la “barbarie”.

“C’est encore leur barbarie”, a-t-il dit, en faisant référence aux Russes, alors qu’il participe jusqu’à mardi au sommet du G7 à Elmau, dans les Alpes bavaroises.

  • 12 h 24 : Moscou dit avoir frappé un centre d’entraînement militaire près de la frontière polonaise

La Russie a déclaré dimanche avoir frappé trois centres d’entraînement militaires dans le nord et l’ouest de l’Ukraine, dont un situé à proximité de la frontière polonaise, quelques jours avant un sommet de l’Otan, dont Varsovie est membre.

Ces bombardements ont été effectués avec des “armes de haute précision des forces aérospatiales russes et des missiles (de croisière) Kalibr”, a indiqué dans un communiqué le porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konachenkov. 

Parmi les cibles visées figure un centre d’entraînement militaire des forces ukrainiennes dans le district de Starytchi, dans la région de Lviv, à une trentaine de kilomètres de la frontière polonaise. Les deux autres centres d’entraînement ukrainiens visés se trouvent dans la région de Jytomyr (centre-ouest) et dans la région de Tchernihiv (nord).

  • 12 h 04 : Johnson met Macron en garde contre “toute tentative” d’une solution négociée “maintenant”

Le Premier ministre britannique, Boris Johnson, a mis en garde le président français Emmanuel Macron contre la tentation d’une solution négociée “maintenant” en Ukraine au risque de prolonger “l’instabilité mondiale”, a indiqué Downing Street.

Lors d’une rencontre en marge d’un sommet du G7 en Allemagne, les deux dirigeants “ont convenu qu’il s’agissait d’un moment critique pour l’évolution du conflit et qu’il était possible de renverser le cours de la guerre”, a indiqué un porte-parole du gouvernement britannique, précisant qu’ils s’étaient accordés pour “renforcer” le soutien militaire à Kiev.

“Le Premier ministre a souligné que toute tentative de régler le conflit maintenant ne ferait que causer une instabilité durable et donner à Poutine le droit de manipuler les pays souverains et les marchés internationaux à perpétuité”, a-t-il ajouté. Contrairement à Emmanuel Macron, Boris Johnson refuse tout dialogue avec le président russe, Vladimir Poutine, qu’il a qualifié de “dictateur”, depuis le début de l’invasion russe de l’Ukraine fin février.

  • 11 h 11 : l’Ukraine demande plus d’armes et de sanctions contre Moscou après des frappes sur Kiev

Le gouvernement ukrainien a réclamé dimanche plus d’armes et de sanctions contre Moscou aux pays du G7, réunis en sommet en Bavière, en Allemagne, à la suite de nouvelles frappes russes survenues à l’aube sur un quartier proche du centre de Kiev.

“Le sommet du G7 doit répondre par plus de sanctions contre la Russie et plus d’armes lourdes pour l’Ukraine”, a exhorté sur Twitter Dmytro Kuleba, le chef de la diplomatie ukrainienne, appelant à “vaincre l’impérialisme maladif” russe à la suite de cette attaque qui a fait au moins quatre blessés.

“Une enfant ukrainienne de 7 ans dormait paisiblement à Kiev jusqu’à ce qu’un missile de croisière russe fasse exploser son immeuble”, a déploré le ministre des Affaires étrangères ukrainien. Pourtant épargnée par les bombardements russes depuis début juin, Kiev a de nouveau été visée tôt dimanche matin. 


  • 9 h 30 : le ministre russe de la Défense inspecte les troupes russes qui agissent en Ukraine

Sergueï Choïgou s’est déplacé pour inspecter les troupes russes qui se battent en Ukraine, annonce dimanche le ministère russe de la Défense.

“Aux commandes des unités russes, le général d’armée Sergueï Choïgou a entendu les rapports des commandants sur la situation actuelle et été tenu informé des opérations des forces armées russes dans les principales zones”, a dit le ministère dans un communiqué qui ne donne aucune précision sur le lieu de ce déplacement.

  • 9 h 05 : au moins deux blessées après une nouvelle frappe russe sur Kiev

Au moins deux blessées ont été hospitalisés après une nouvelle frappe russe tôt dimanche matin dans un complexe résidentiel proche du centre de Kiev, a indiqué sur la messagerie Telegram le maire de la capitale, Vitali Klitschko, précisant que des gens restaient “sous les décombres”, le bilan pouvant s’alourdir.

Une fillette de sept ans a pu être sauvée sous les décombres, a ajouté le maire sur Telegram. “Elle est vivante” et les secouristes tentent de “sauver sa maman”, a-t-il poursuivi. 

  • 8 h 30 : Londres, Washington, Ottawa et Tokyo interdisent les importations d’or russe

Le Royaume-Uni, les États-Unis, le Canada et le Japon vont interdire les importations d’or russe dans de nouvelles sanctions imposées en réponse à l’invasion de l’Ukraine, a annoncé dimanche Downing Street au premier jour d’un sommet du G7.

“Ces mesures frapperont directement les oligarques russes et s’attaqueront au cœur de la machine de guerre de Poutine”, a déclaré le Premier ministre britannique, Boris Johnson, qui retrouve pour trois jours les dirigeants des grandes puissances industrialisées (G7) en Allemagne.

  • 8 h 15 : le maire de Kiev estime que les frappes russes cherchent à “intimider les Ukrainiens” à l’approche du sommet de l’Otan

Une frappe russe tôt dimanche matin sur Kiev avait pour objectif d'”intimider les Ukrainiens” à l’approche du sommet de l’Otan du 28 au 30 juin à Madrid, a estimé le maire de la capitale ukrainienne, Vitali Klitschko.

Il s’agit “d’intimider les Ukrainiens (…) à l’approche du sommet de l’Otan”, a déclaré le maire qui s’est rendu sur le lieu de l’explosion, quelques jours avant le sommet de l’Alliance atlantique honnie par la Russie.

  • 8 h : notre envoyée spéciale à Kiev fait le point sur la situation dans la capitale ukrainienne

Plusieurs explosions ont retenti à Kiev dimanche à l’aube, quelques heures avant l’ouverture d’un sommet du G7 en Allemagne où il sera question de l’Ukraine, et tandis que la Russie progresse dans sa conquête du Donbass. Les explications de notre envoyée spéciale Taline Oundjian.

La zone résidentielle touchée par des frappes, le 26 juin 2022, à Kiev.
La zone résidentielle touchée par des frappes, le 26 juin 2022, à Kiev. REUTERS – VALENTYN OGIRENKO

  • 6 h : quatre explosions entendues à Kiev

Plusieurs explosions sont survenues dimanche dans un quartier de la capitale ukrainienne Kiev, a indiqué le maire de la ville Vitali Klitchko dans un message publié sur Telegram. Les explosions se sont produites dans le quartier de Chevtchenko, dans le centre de Kiev.

“À la suite d’un bombardement ennemi, un incendie s’est déclaré dans un immeuble de neuf étages”, a également indiqué sur la messagerie Telegram le service d’État pour les situations d’urgence. “Selon les données préliminaires, une personne a été blessée”, a-t-il précisé.

“Un missile a été abattu par la défense anti-aérienne dans la région de Kiev, les débris sont tombés sur un village”, a aussi indiqué le gouverneur de la région de Kiev, Oleksiï Kouleba, sur Telegram, ajoutant que “l’ennemi avait frappé la capitale”.

  • 23 h 31 : Boris Johnson exhorte le G7 à ne pas “abandonner” l’Ukraine

Le Premier ministre britannique a appelé samedi les dirigeants du G7 à ne pas “abandonner l’Ukraine” après plus de quatre mois d’invasion russe. Le gouvernement britannique “est prêt à fournir 525 millions de dollars” à l’Ukraine, qui craint de se trouver à court de financement à l’automne, sous la formes de garanties de crédits auprès de la Banque mondiale, a indiqué Downing Street dans un communiqué, à la veille d’un sommet des dirigeants du G7 (France, États-Unis, Royaume-Uni, Allemagne, Italie, Canada et Japon) dans le sud de l’Allemagne.

Cela porte le soutien financier et humanitaire total apporté par Londres à environ 1,8 milliard de dollars. “L’Ukraine peut gagner et elle gagnera. Mais elle a besoin de notre soutien pour y parvenir. Ce n’est pas le moment d’abandonner l’Ukraine”, a déclaré Boris Johnson, cité dans le communiqué.

Le dirigeant britannique, en difficulté sur la scène intérieure britannique, s’est montré en pointe du soutien occidental à l’Ukraine face à l’invasion russe lancée en février. Il s’est rendu deux fois à Kiev et Londres a fourni très tôt des armes létales à l’armée ukrainienne.

Avec AFP et Reuters

.

Leave a Reply

Your email address will not be published.